Hommage aux déportés du camp de Lamotte-Beuvron
samedi 3 décembre 2005

Le dimanche 27 novembre 2005, 11 heures,
à Lamotte-Beuvron,
au Centre médical des Pins

Sous le patronage du Conseil Général de Loir-et-Cher,
pose d’une plaque commémorative en hommage
aux enfants, aux femmes et aux hommes juifs internés, en 1942,
dans le camp de concentration du Sanatorium des Pins,
avant d’être déportés et exterminés à Auschwitz.


Depuis des années Mme Yvette Ferrand mène un combat contre l’oubli. C’est grâce à sa ténacité qu’a lieu cette cérémonie. Nous tenons à la remercier chaleureusement pour son inlassable et indispensable action.

C’est elle qui, la première, a tout fait pour que la mémoire des familles juives qui vécurent, captives, au Sanatorium des Pins en 1942, avant de mourir dans d’effroyables conditions à Auschwitz, ne tombe à jamais dans l’oubli.

Avec son association, l’AREHSVAL (Association de Recherches et d’Études Historiques sur la Shoah en Val de Loire), elle souhaitait depuis 1999 qu’une plaque soit apposée sur la façade de l’ancien Sanatorium. Elle rencontra bien des écueils et se heurta à la frilosité de beaucoup lorsque l’on évoque cette période sombre de notre histoire.

Fin 2004 - début 2005, sa première victoire, pour faire connaître cette triste époque, fut de la voir publier dans le bulletin spécial du G.R.A.H.S. consacré à l’histoire du Sanatorium des Pins :
- Le Centre d’internement du Sanatorium des Pins à Lamotte-Beuvron (novembre 1940 - juillet 1942), par Simon Ostermann
- Les Juifs internés au Sanatorium des Pins, par Yvette Ferrand.
- 1939-1943 : les années sombres du Sanatorium des Pins. Un devoir de mémoire, par Frédéric Auger et Henri Delétang.
Cet ouvrage, largement diffusé, permit à bon nombre de découvrir cette période occultée des mémoires individuelles mais aussi collectives.

En 2005, Mme Ferrand réussit enfin à trouver un interlocuteur attentif, en la personne du Président du Conseil Général de Loir-et-Cher, Maurice Leroy, qui s’engage publiquement à ce que soit posée une plaque commémorative avant la fin de l’année.

Cette décision prise, il restait à déterminer l’emplacement de la plaque... Là encore, rien ne fut simple. Finalement, après de longues et âpres négociations, une solution satisfaisant tous les protagonistes (propriétaires, gestionnaires, associations ... ), sans en heurter aucun, fut trouvée. La plaque de marbre, posée sur son support, sera placée en bordure du parc de l’actuel Centre médical des Pins, côté RN 20, visible de tous depuis le trottoir.

C’est une victoire pour Yvette Ferrand, pour l’AREHSVAL, mais aussi et surtout une victoire contre l’oubli, pour nous aider à rester vigilants...


Dimanche 27 novembre 2005, 11 heures, Lamotte-Beuvron

Cérémonie de dévoilement de la plaque (© F. Auger, 27.11.05)

Ce matin de novembre, plutôt frais, de petits groupes se dirigent vers la clôture du Centre médical des Pins, sur le trottoir le long de la route nationale 20. Sur la poitrine de quelques personnes, une étoile jaune...
La charge émotionnelle est déjà lourde, on parle bas, on se salue sobrement. Il y a là des officiels (liste en fin de page), des familles de Déportés (venues pour certaines de Nancy et sa région), des membres et représentants de diverses associations, des gens de Lamotte-Beuvron et des communes voisines...
La plaque est là, recouverte du drapeau tricolore. Implantée sur le terrain de l’ancien Sanatorium, à quelques centimètres de la limite de propriété, elle fait face à la rue. De place en place, sur les grilles de l’enceinte, sont accrochés des agrandissements de photographies. Sur ces clichés, pris en 1942, des familles juives, des hommes, des femmes, des enfants... Images trompeuses, tous sourient, on reconnaît les bâtiments du Sana, la villa Jeanne d’Arc...
Les arrivants parcourent ces photos, lisent les légendes, sobres et pourtant tellement évocatrices : "Renée Rozenfarb, 6 ans, convoi 13, seule..."
L’émotion est montée d’un cran, certains viennent de mettre des visages sur l’horreur, d’autres de retrouver celui d’un membre de la famille...
Debout devant la clôture, le porte drapeau, représentant Serge Klarsfeld et de son association : Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France.
Dans le silence, troublé parfois par le bruit, lugubre en cette occasion, du passage d’un train, (la ligne n’est qu’à une centaine de mètres), un demi-cercle se forme autour de la plaque et du podium installé à côté.

La cérémonie d’hommage peut commencer.

Cérémonie de dévoilement de la plaque gravée à la mémoire des famille juives internées au Sanatorium des Pins.

Quelques mots d’accueil de M. le Maire de Lamotte-Beuvron.

Les discours :

Discours de M. le Préfet de Loir-et-Cher (© F. Auger, 27.11.05)

M. le Préfet de Loir-et-Cher, en uniforme, rappelle que le régime de Vichy avec "sa politique ouvertement raciste, xénophobe et antisémite" a été "l’odieux complice" de la Shoah. Il incite à la mémoire de "...cette période enténébrée de notre histoire [... ]durant laquelle des Français ont prêté la main à la folie criminelle des nazis, cependant que d’autres la combattaient avec courage dans l’armée des ombres...", il évoque le Général De Gaulle et le préfet Jean Moulin, "la France porteuse des valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité". Il conclut en déclarant que la plaque "...n’incite pas seulement à la mémoire. Elle nous invite aussi à la vigilance...".

Discours de M. le Président du Conseil Général de Loir-et-Cher (© F. Auger, 27.11.05)

M. le Président du Conseil Général de Loir-et-Cher, visiblement très ému, demande à Mme Drussy de se tenir à ses côtés. Il commence par évoquer "notre devoir et notre responsabilité collective de parler, de témoigner auprès des jeunes générations pour comprendre la réalité de la collaboration et l’horreur de la Shoah", souligne le danger de l’oubli. Il salue l’engagement de Mme Yvette Ferrand et de l’AREHSVAL. Il cite Jacques Chirac qui a reconnu solennellement et officiellement la responsabilité de l’Etat Français dans la déportation des Juifs de France. Il parle ensuite des 98 Juifs internés aux Pins et déportés "sur instruction des autorités préfectorales françaises". Il rappelle que l’initiative de cette plaque revient à Mme Yvette Ferrand, et que le Conseil Général de Loir-et-Cher s’est associé à son élaboration et l’a prise en charge. Puis il revient sur les hommes et les femmes qui se sont élevés contre les déportations, les Justes du département. Pris par l’émotion il est obligé de s’interrompre avant de conclure : "Ainsi nous pourrons dire non pas Adieu, mais avec le père Jean du tragique et sublime chef d’œuvre de Louis Male : Au revoir les enfants ! "

M. le Député de Loir-et-Cher, Patrice Martin-Lalande, intervient à son tour. Il rappelle l’importance du Sanatorium des Pins, devenu Centre médical des Pins, dans le cœur des Lamottois et dans le sien, puisque son père, le Dr Jacques Martin-Lalande, en fut le Directeur de 1954 à 1972. Il souligne à son tour la nécessité et l’importance du devoir de mémoire et évoque le peu de témoignages locaux sur cette période trouble. Enfin, il appelle, lui aussi, à la vigilance...

Mme Yvette Ferrand :
discours complet.

Discours Yvette Ferrand Présidente de l’ARHESVAL (© J.-F. Lecompte, 27.11.2005)

A la suite de ce discours sincère et poignant, les noms des personnes internées au Sanatorium des Pins, hommes, femmes et enfants sont lus, par date et numéro de convoi (convois partis de Pithiviers pour Auschwitz).
Au nom et prénom de chacun des enfants est ajouté son âge et très souvent le mot "seule" ou "seul" car pour ajouter à l’horreur, ces enfants furent, pour la plupart, séparés de leur mère pour l’ultime voyage...
Cette énumération simple, sans autres commentaires, est à l’image de cette cérémonie, digne et sobre.

Yvette Ferrand et Maurice Leroy dévoilent la plaque :


A LA MEMOIRE
Des 105 hommes, femmes, enfants juifs internés
en ce lieu, les Pins à Lamotte-Beuvron,
le 2 mars 1942 au nom des lois antisémites
de l’Allemagne nazie et du gouvernement de Vichy
transférés à Pithiviers le 27 juillet 1942
déportés vers Auschwitz-Birkenau

parmi eux tous les enfants :

Estelle Amzel 4 ans
Maurice Amzel 8 ans
Georges Borenfreund 8 ans
Bella Cukermann 12 ans
Marcel Gluba 5 ans
Denise Grycman 11 ans
Régine Grycman 7 ans
Pierre Libowicz 4 ans
Renée Rozenfarb 6 ans

Gazés dès leur arrivée à Birkenau
Parce qu’ils étaient nés juifs


Dépôt de gerbes.

Plaque "A la mémoire des internés des Pins à Lamotte-Beuvron" (© F. Auger, 27.11.05)

Recueillement en commun, une prière en hébreu est dite...

L’assemblée est conviée à rejoindre une salle du Centre médical des Pins où, à l’initiative de la direction du Centre médical et de la FNCPG, un verre de l’amitié est servi.
Dans une ambiance un peu moins tendue mais toute aussi chargée d’émotion, les discussions peuvent s’installer.
Troublants instants où les familles et les personnes sensibles à ce devoir de mémoire peuvent échanger quelques mots, quelques regards...

Pour conclure cette journée M. Rozenfarb prend la parole :
Allocution de M. Rozenfarb :
extrait

En présence de :

- Pierre Pouëssel, Préfet de Loir-et-Cher
- Maurice Leroy, Vice-président de l’Assemblée Nationale, Président du Conseil Général de Loir-et-Cher
- Patrice Martin-Lalande, Député de Loir-et-Cher,Vice-Président du Conseil Général de Loir-et-Cher
- Jacqueline Gourault, Sénatrice de Loir-et-Cher
- Alain Beignet, Conseiller Régional
- Robert Sèvres, Maire de Lamotte-Beuvron
- Pierre Dürr, Secrétaire Général de la Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerres, Combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc (FNCPG-CATM)
- Yves Tanguy, Président de l’Association des Combattants Prisonniers de Guerres, Combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc de Loir-et-Cher (ACPG-CATM)
- M. Bastard, Directeur du Centre médical des Pins
- Yvette Ferrand, Présidente de l’Association de Recherches et d’Études Historiques sur la Shoah en Val de Loire (AREHSVAL)
- Henri Delétang, Président du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Sologne (G.R.A.H.S.)
- Simon Ostermann
- Jacqueline Drussy, fille d’Henri Drussy, Maire de Blois en 1942
- Éliane Klein, responsable du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF) de la région centre
- Hélène Mouchard-Zay, fille de Jean Zay (ministre de l’éducation de Léon Blum en 1936, assassiné par la milice en 1944) Présidente du Centre de recherche et de documentation sur les camps d’internement et la déportation juive dans le Loiret (CERCIL)
- Le porte-drapeau de l’Association : Les fils et filles des Déportés Juifs de France (F.F.D.J.F.) qui représentait Serge et Beate Klarsfeld
- Henri Rozenfarb
- Albert Rowek
- Alain Bernstein
- Violette Ribert, née Braun, et son mari
- Brigitte Gluba

Remerciements à :
- M. Abelin, Directeur de Cabinet du Président du Conseil Général de Loir-et-Cher, et M. Fauvinet, direction de la communication et de la documentation du Conseil Général de Loir-et-Cher, pour le dossier de Presse.
- Yvette Ferrand et Henri Delétang pour leur aide à la rédaction de cet article.
- Yvette Ferrand et Henri Rozenfarb pour leurs autorisations de publier leurs discours.
- Jean-François Lecompte pour ses photos.

Frédéric Auger.

Pour en savoir plus, lire :
" Les Pins " à Lamotte-Beuvron : du sanatorium au centre médical, de 1900 à nos jours.
La Sologne et son passé, n° 35, décembre 2004 (21 €)

Camp de Lamotte-Beuvron "Sanatorium des Pins" : Appels à témoins multilingues.

voir aussi dans la rubrique "Publications exceptionnelles" :
" Les Pins " à Lamotte-Beuvron : du sanatorium au centre médical, de 1900 à nos jours.