Bienvenue au G.R.A.H.S.
L’histoire et le patrimoine de la Sologne

Accueil > Publications du GRAHS > Bulletins du GRAHS La Sologne et son passé > La Sologne et son passé 71

La Sologne et son passé 71

tome 39 - 2017. N° 2

jeudi 13 juillet 2017, par Frederic Auger

La Sologne et son passé n° 71

Chères lectrices, chers lecteurs,

Ce bulletin du GRAHS est composé de quatre articles inédits sur le passé de notre région dont l’histoire semble inépuisable pour les chercheurs et les passionnés. Comme toujours cette publication se veut l’un des outils de partage des résultats des travaux de certains membres du GRAHS, les expositions et les conférences en étant d’autres.
Ce bulletin débute par une biographie de François Salerne, médecin orléanais du XVIIIe siècle, présentée par notre vice-président, Christian Poitou. Cet article répare l’oubli de l’histoire de ce médecin, étonnamment méconnu. Vous apprendrez ses origines familiales, ses études, son installation à Orléans et les ouvrages et articles qu’il a rédigés. Parmi ceux-ci deux thèmes, très différents l’un de l’autre, concernent particulièrement la Sologne. Le premier traite de l’ergot du seigle, dont la consommation entraînait des intoxications auprès de la population solognote. Le second, développé ici, aborde l’ornithologie en général, ajoutant des précisions sur les oiseaux présents en Sologne, avec notamment leurs noms locaux.
« La Mare-aux-Solognots » est un article dont le titre parle à notre imaginaire. Certes, le Solognot habite au milieu des mares, marais et étangs, mais lorsque ce toponyme se retrouve aujourd’hui au beau milieu de la ville d’Orléans, il y a de quoi s’interroger. C’est ce qu’a fait Eric Millet, auteur bien connu du GRAHS et grand spécialiste de l’histoire d’Orléans et de la Sologne loirétaine.
La Sologne est une région de brique, vous le saviez, mais vous êtes vous déjà posé la question de la manière dont elles sont assemblées ? C’est ce que l’on nomme des appareillages. Ils ont des noms particuliers, pour les plus simples, leur appellation est liée à la partie visible de la brique « boutisse » (lorsque l’on voit le bout), « panneresse » (lorsque c’est le champ). Pour les plus complexes, il est question d’« alterné simple ou double », mais aussi
d’ « appareillage français » et d’« appareillage flamand ». Lauranne Stainier, titulaire d’un master 2 d’Histoire de l’art, et membre du GRAHS, dont c’est la deuxième contribution à notre bulletin, vous fait découvrir les différents types utilisés dans notre région et leur chronologie. Vous pourrez, en appliquant ses préceptes, vous amuser à tenter de dater certains bâtiments de briques.
Parmi les sources fréquemment utilisées par les historiens, les archives notariales, tout particulièrement les baux et les contrats de vente, sont des mines de renseignements précieux. Certains actes, comme c’est le cas ici avec le contrat de vente de la métairie des Louattières à Nouan-le-Fuzelier en 1787, méritent à eux seuls une étude. Christian Poitou, « historien de la Sologne » qu’il n’est plus utile de présenter, fait découvrir aux lecteurs ce singulier contrat en y apportant les commentaires nécessaires à sa compréhension. Vous pourrez également lire la totalité de sa transcription pour vous familiariser avec ce type de document.
Il existe peu de représentions figurées de ces fameuses « briqueteries tuileries » qui jalonnaient le territoire solognot à partir de 1850, surtout si les établissements ont disparu précocement à l’aube du XXe siècle. Des documents iconographiques rares représentant des fours à Romorantin et à Lanthenay furent le point de départ de l’article que nous livrent Frédéric Auger et Joël Lépine, qui, au fil des travaux accomplis, se sont fait une spécialité de ces briqueteries, auxquelles les villes et villages de Sologne doivent le chatoiement de leurs couleurs.
Comme à notre habitude, nous vous souhaitons une bonne lecture.

Frédéric Auger et Bernard Heude

La Sologne et son passé n° 71

Sommaire :

- Christian POITOU
François Salerne (1706-1760) médecin orléanais,
spécialiste de l’ergotisme en Sologne et savant ornithologue
p. 1-24

- Eric MILLET
La rue et la maison de la Mare-aux-Solognots à Orléans (Loiret)
p. 25-30

- Lauranne STAINIER
Architecture en Sologne. Etude sur les types d’appareils en briques
p. 31-44

- Christian POITOU
Un singulier contrat de vente de métairie
à Nouan-le-Fuzelier (Loir-et-Cher) en 1787
p. 45-52

- Frédéric AUGER et Joël LEPINE
Les tuileries Lavaron à Romorantin (L.-et-C.)
et des Arches à Lanthenay (L.-et-C.) aux XIXe et XXe siècles
p. 53-64

JPEG - 140.1 ko
La Sologne et son passé 71

Format A4, 64 pages, nombreuses illustrations couleurs et n&b.

P.-S.

prix : 12 € (franco de port pour la France)
Si vous souhaitez commander, cliquez sur :
- bon de commande (PDF).
- bon de commande simplifié.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © freelayouts sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License