Bienvenue au G.R.A.H.S.
L’histoire et le patrimoine de la Sologne

Accueil > Publications du GRAHS > Bulletins du GRAHS La Sologne et son passé > La Sologne et son passé 66

Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Sologne

La Sologne et son passé 66

tome 38 - 2016. N° 1

jeudi 8 septembre 2016, par Frederic Auger

La Sologne et son passé n° 66

Vous trouverez dans ce volume quatre articles bien différents par les périodes et les sujets traités, dont le dénominateur commun est évidemment la Sologne, sur laquelle, force est de le constater, il reste beaucoup à rechercher, à découvrir et à écrire.
Le premier article nous conduit à la fin du Moyen Age au travers d’accords passés au Parlement de Paris pour régler en justice des conflits et des différends qui mettent en valeur certaines préoccupations de l’époque dans des bourgades de Sologne. Cet article est rédigé par Mme Isabelle Guérin-Brot, médiéviste bien connue des lecteurs du GRAHS. Elle nous offre également deux transcriptions d’actes de 1405. Vous pourrez ainsi vous initier, ligne par ligne, à l’art difficile de la paléographie. Il nous a semblé également intéressant de publier la liste des articles de Mme Guérin-Brot parus dans nos bulletins. Nous soulignons ici la chance du GRAHS d’avoir comme membre et auteure fidèle Mme Guérin-Brot, qui nous prépare actuellement d’autres articles sur cette période des XIVe et XVe siècles en Sologne, dont elle est la grande spécialiste.
Notre vice-président, M. Christian Poitou nous entraine ensuite à Yvoy-le-Marron en 1778, pour une bien étrange affaire de « saint justicier ». L’historien analyse un fait divers relaté par la presse de cette fin du XVIIIème siècle, accident, événement surnaturel ou mystification ? La question reste posée, même si l’auteur met le lecteur sur de sérieuses pistes.
Avec le troisième article de ce bulletin, nous vous proposons le témoignage de M. Jacques Paty sur la vie de son père, René, jeune Solognot devenu instituteur, puis directeur d’école à Paris. Il est inséparable de l’histoire et des grands événements de la première moitié du XXème siècle. Il évoque d’abord des aspects peu connus de la Grande guerre. Ensuite, dans les années 1920-1930, René Paty s’engage dans la franc-maçonnerie et le syndicalisme enseignant, alors à ses débuts. Assumant rapidement des responsabilités au niveau national au cabinet du ministre de l’Éducation nationale du Front Populaire, le député d’Orléans Jean Zay, participant ainsi à l’élaboration des grandes réformes éducatives de l’époque. Révoqué par le régime de Vichy en tant que franc-maçon, René Paty se reconvertit et entre dans la Résistance. Dénoncé, il est emprisonné à Fresnes en 1943, puis déporté en Allemagne où il meurt à la veille de la libération du camp où il est interné. L’intérêt de cet article tient également aux documents inédits qui y sont intégrés : extraits d’un journal de guerre sur le front, et surtout texte intégral de messages que le prisonnier de Fresnes parvient à faire passer clandestinement à son épouse, et qui donnent un aperçu de la vie matérielle et des pensées d’un prisonnier politique. Son fils livre ici un témoignage fort, la lecture de la correspondance clandestine entre la famille Paty étant émouvante et digne.
Le quatrième article, est le fruit de nombreuses années passées dans la Sologne par Bernard Heude, alors docteur vétérinaire, avant de devenir docteur en histoire et président du GRAHS. Il nous plonge dans la ruralité agricole de la fin du XIXème siècle qui survivra jusqu’au 2/3 du XXème siècle, un passé si proche encore et pourtant bien révolu où l’empreinte du renouveau, de la fameuse « régénération de la Sologne », de la seconde moitié du XIXème siècle et de ses innovations et tentatives d’amélioration étaient toujours visibles. Mélange de recherche historique pure, d’ethnologie et de connaissance des fermes et des paysans, vous découvrirez sans-doute pour la plupart d’entre vous la technique particulière consistant à paver de rondins de bois les étables et les écuries de Sologne. A partir de la moitié du XIXème siècle, cette mise en oeuvre originale d’un matériau abondant et bon marché correspond bien à l’esprit des Solognots, faisant la part belle à l’adaptation de la construction des bâtiments ruraux et de leurs aménagements au milieu naturel. Quasi absente des ouvrages agricoles, cette technique pourtant largement employée sur des décennies n’est plus visible. Cet article s’en fait la mémoire et sa sauvegarde. Si les années n’ont pas tout effacé et si vous croisez un sol d’étable encore pavé de rondins de bois, merci de le photographier et de nous en faire part.
Comme à notre habitude, nous vous souhaitons une bonne lecture.

Frédéric Auger et Bernard Heude

La Sologne et son passé n° 66

Sommaire :

- Isabelle GUÉRIN-BROT
Accords conclus au Parlement de Paris.
Quelques actes concernant la Sologne (XIVe-XVe siècles)
p. 1- 10
- Christian POITOU
Le « saint justicier » de l’église d’Yvoy-le-Marron en 1778 :
« événement singulier » ou mystification ?
p. 11-14
- Jacques PATY
René PATY, mon père,
enseignant, franc-maçon, syndicaliste et résistant (1891-1945)
p. 15-54
- Bernard HEUDE
Pavage en bois des écuries et des étables de Sologne (XIXe-XXe siècles)
Une remarquable adaptation à la nature de la région
p. 55-64

JPEG - 69.4 ko
La Sologne et son passé 66

Format A4, 64 pages, nombreuses illustrations couleurs et n&b.

P.-S.

prix : 12 € (franco de port pour la France)
Si vous souhaitez commander, cliquez sur :
- bon de commande (PDF).
- bon de commande simplifié.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © freelayouts sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License