Bulletin du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Sologne
La Sologne et son passé 44.
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale
tome 31 - 2009. N° 4
mardi 11 mai 2010

La Sologne et son passé n° 44

Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

Pour les périodes les plus récentes de notre histoire, les documents écrits sont conservés en grand nombre, mais souvent dispersés, les uns dans les services d’archives publiques, les autres dans des archives familiales, si bien que leur collecte et leur exploitation font souvent problème : il faut sélectionner, distinguer ceux qui peuvent sembler plus importants pour la compréhension des événements et ceux qui peuvent ne relever que de l’anecdote. D’un autre côté, le chercheur peut disposer de témoignages oraux, directs s’il s’agit des acteurs eux-mêmes, ou indirects s’ils émanent de leurs descendants : voilà des tranches de vie qu’il importe cependant de recouper le plus possible de façon à préciser les faits, à faire la part de ce qui est fourni par la mémoire (qu’on dit parfois infidèle) et ce qui peut provenir d’intrusions ou de pollutions culturelles.

Des exemples de ces recherches nous sont offerts par la guerre de 1939-1945.

• Après la « drôle de guerre », en 1940, l’armée allemande envahit la France, passe la Loire, se répand en Sologne et s’y installe… Ces événements marquent la vie quotidienne des jeunes Solognots :
- André Guédé à La Ferté-Saint-Cyr et à Nouan-le-Fuzelier.
- Louis Auger à Chaon, Pierrefitte-sur-Sauldre et Isdes.
- Roger Martin à Pierrefitte-sur-Sauldre.

• Plus tard, pendant l’Occupation et la Libération, André Guédé vit à Paris, au cœur des bouleversements de la capitale.

• Après avoir servi, en 1939, de camp d’hébergement pour des réfugiés républicains espagnols, le sanatorium des Pins de Lamotte-Beuvron est réquisitionné pour recevoir des « indésirables du Calvados », les étrangers qui vivent dans les départements de la côte atlantique et que les Allemands éloignent en les envoyant dans ceux de l’intérieur. Vous lirez l’histoire de deux d’entre eux :
- Robert Namur, un Belge.
- Wladislav Olejnik, un Polonais.

• Entre juillet 1941 et juillet 1942, des Juifs extraits des camps d’internement de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande sont envoyés dans trois fermes de la Sologne du Loiret. Simon Ostermann, qui avait déjà étudié le camp de concentration de Lamotte-Beuvron, s’attache ici à montrer pourquoi et comment cette main-d’œuvre fut utilisée.

• Les activités militaires de l’armée allemande qui occupait nos campagnes sont rarement étudiées. En associant une véritable étude archéologique de vestiges, les documents d’archives et les témoignages oraux des habitants, Bernard Heude et Frédéric Auger découvrent les installations de la station de radars de l’Epinière, à Pierrefitte-sur-Sauldre dont l’importance militaire fut régionale.

H. Delétang

La Sologne et son passé n° 44

Sommaire :

- André GUÉDÉ  :
Témoignage : la débâcle, l’exode et l’occupation
à La Ferté-Saint-Cyr et Nouan-le-Fuzelier (L.-et-C.), de juin 1940 à mai 1941
p. 1-8

- Simon OSTERMANN  :
Les fermes de Sologne du Loiret : une utilisation de la main-d’œuvre
des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (juillet 1941- juillet 1942)
p. 9-24

- Frédéric AUGER et Louis AUGER  :
La Seconde Guerre mondiale
à Chaon, Pierrefitte-sur-Sauldre (Loir-et-Cher) et Isdes (Loiret). Souvenirs de Louis Auger
p. 25-34

- Bernard HEUDE  :
Archives vivantes. Les Allemands en Sologne (1940-1944) vus de la ferme de Montfranc
à Pierrefitte-sur-Sauldre (Loir-et-Cher)
p. 35-38

- Jean-Michel NAMUR  :
Robert Namur, « indésirable belge du Calvados », au camp d’internement
du Sanatorium des Pins, à Lamotte-Beuvron (novembre 1940-juin 1941)
p. 39-52

- Jean OLEJNIK  :
Témoignage : enfant, je fus avec mes parents un « indésirable du Calvados »
au Sanatorium des Pins à Lamotte-Beuvron (1940-1941)
p. 53-56

- Frédéric AUGER  :
Jean Olejnik, un enfant parmi les « indésirables du Calvados »
au Sanatorium des Pins à Lamotte-Beuvron (1940-1941)
p. 57-62

- André GUÉDÉ :
Un Solognot de Nouan-le-Fuzelier
à Paris, pendant l’Occupation (1941-1945)
p. 63-76

- Frédéric AUGER et Bernard HEUDE  :
Le « camp de l’Epinière », station allemande de radars
« Brillenschlange », à Pierrefitte-sur-Sauldre (L.-et-C.). Décembre 1942 - août 1944.
p. 77-92

Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

Format A4, 72 pages, nombreuses illustrations couleurs et N & B.

prix : 15 € (+ port)
Si vous souhaitez commander, cliquez sur :
- bon de commande (PDF).
- bon de commande simplifié.